Economie

Burkina Faso : 6,7 % de croissance économique en 2017

Burkina Faso : 6,7 % de croissance économique en 2017

Alors qu'il était à 5,9 % en 2016, le Burkina a amélioré sa performance pour le plus grand bonheur du Premier ministre Paul Kaba Thiéba, qui a loué le travail de son gouvernement.

« En dépit d'une situation sécuritaire nationale et sous-régionale difficile et d'une pluviométrie déficitaire, le taux de croissance économique est ressorti à 6,7 % en 2017 contre 5,9 % en 2016 », a déclaré ce jeudi M. Thiéba dans un discours sur la situation nationale du Burkina Faso.

Une bonne gouvernance économique…

Selon lui, la bonne gouvernance économique fait partie des conditions qui garantissent la réalisation de l'objectif de la transformation structurelle de l'économie. « Dans ce domaine, l'action de mon gouvernement a permis, comme je le soulignais dans mon introduction, de consolider la reprise de la croissance économique enregistrée depuis 2016 », a-t-il dit. « Ces performances prouvent que notre économie est en construction. Oui, le Burkina se redresse dans la perspective de l'émergence », s'est réjoui le chef du gouvernement. Il a rappelé que l'amélioration du niveau du produit national est le fruit du dynamisme observé dans le secteur secondaire qui a réalisé une progression de 10,5 % en 2017 contre 3,9 % en 2016, en lien avec une bonne orientation de l'activité dans le secteur des mines et l'intensification des investissements dans les BTP.

… mais aussi…

L'accélération de la croissance économique résulte également de la bonne tenue des activités marchandes du secteur tertiaire qui s'est accru de 6,6 % et de la progression de la valeur ajoutée du secteur primaire qui, en dépit de la baisse du rythme de sa croissance, a enregistré un accroissement de 3,6 %, a-t-il souligné. Du côté de la demande, la croissance du PIB réel en 2017 a également été tirée par la consommation finale qui a contribué à hauteur de 4 % et par l'investissement dont la contribution a été de 2,9 %. Les actions du gouvernement ont également permis de maintenir la stabilité macro-économique en 2017. En effet, le taux d'inflation est ressorti à 0,4 %, donc en dessous de la norme communautaire de 3 %, a conclu le chef du gouvernement burkinabè.

Commentaires