Actualités

Politique de deux poids deux mesures/ Le SYNARES assomme Ouattara

Politique de deux poids deux mesures/ Le SYNARES assomme Ouattara

Dans une déclaration en date du vendredi 19 mai 2017, signée par son Secrétaire général par intérim Léon Glin, dont copie nous est parvenue, le Syndicat national de la recherche et de l’enseignement supérieur (SYNARES) fustige la satisfaction, à deux reprises et avec diligence, par le gouvernement ivoirien des revendications des mutins au détriment des revendications légitimes des fonctionnaires.

« Le SYNARES rappelle au gouvernement ivoirien qu’il aurait grand tort de suivre la voie du deux poids deux mesures à partir de la capacité et de l’échelle de nuisance des citoyens revendiquant leurs droits. », indique le communiqué.

Par-dessus l’acquittement par l’Etat des primes estimées à 59 milliards Frs Cfa en dépit de la santé financière quasi exsangue du pays, le syndicat des enseignants s’insurge contre l’utilisation des deniers publics pour une dette privée du Président Ouattara en porte-à-faux avec les pratiques de la bonne gouvernance et de l’éthique. « Plus personne de bon sens ne peut douter aujourd’hui que contrat moral ait été passé entre ces hommes, membres de l’ex-rébellion et Monsieur Alassane Ouattara, alors candidat à l’élection présidentielle de 2010. », précise le syndicat. Et de s’inquiéter de la morale de ce mode d’enrichissement en vitesse aux yeux de la jeunesse.

En somme, le SYNARES, membre à part entière de la Plateforme des fonctionnaires de Côte d’Ivoire, appelle les fonctionnaires à rester vigilants et attentifs à l’évolution des négociations en cours avec le gouvernement. « Dans la solidarité et la détermination, droit sera fait à nos revendications parce qu’elles sont justes et légitimes. », conclut-il.

Pour rappel, les fonctionnaires de Côte d’Ivoire sont officiellement en lutte depuis le dernier trimestre de l’année 2016, pour réclamer le paiement, par le gouvernement ivoirien, des stocks d’arriérés de salaire liés au glissement catégoriel et aux avancements indiciaires. Au moment où ces négociations sont en cours, avec, de la part du gouvernement, une suspicion de la stratégie du dilatoire pour tenter de se soustraire à ses engagements vis-à-vis des fonctionnaires, le même gouvernement accède aux revendications des mutins avec célérité. 

 

Commentaires