Actualités

Ouganda : les femmes réfugiées trouvent des moyens de gagner leur vie dans un camp

Ouganda : les femmes réfugiées trouvent des moyens de gagner leur vie dans un camp

Être indépendante et pouvoir gagner sa vie ; c’est ce qu’on choisi ces femmes réfugiées dans le camp d’Oruchinga en Ouganda.  

 

Jenipher Mutamba est l’une d’entre elles. Ayant fui les combats en 2011 en République démocratique du Congo ; la jeune femme est aujourd’hui à la tête d’un groupe d‘épargne qui aide financièrement les femmes réfugiées à stabiliser leur situation financière. Il n’y a pas de montant fixe, chaque membre donne ce qu’elle peut.

 

“Nous donnons aux femmes juste assez pour démarrer leur entreprise. Une fois qu’elles apprennent à gérer leur entreprise, nous leur prêtons plus d’argent. C’est pourquoi vous voyez que les enfants à Oruchinga vont maintenant à l‘école, mais avant cela, ils traînaient seulement.” Explique Jenipher MUTAMBA.

 

Avant d’arriver au camp, Jenipher était en captivité dans une forêt pendant deux semaines et y a été violée à plusieurs reprises. Elle a ensuite réussi à échapper à son village en République démocratique du Congo.

Jenipher dirige une entreprise de vente de charbon de bois. Elle travaille également en tant qu’assistante au camp et aide d’autres réfugiés à enregistrer leur identité dans le cadre d’un nouveau programme de vérification biométrique. Elle vit dans le camp avec sa fille et les deux enfants de son frère défunt.

 

En Ouganda, on lui a octroyé une parcelle de terrain, où elle vit désormais avec sa famille.

 

“Je vois les problèmes auxquels sont confrontés les réfugiés. Ils ne peuvent appeler aucun lieu ‘chez eux’. C’est pourquoi nous soutenons cette vérification. Le HCR a un système mondial pour que, si un réfugié vient en Ouganda, il sache que c’est son nouveau foyer.” Confie-t-elle.

 

La population réfugiée d’Ouganda a fortement augmenté ces dernières années en raison des populations en provenance de l’est du Congo, où la résurgence de la violence ethnique et intercommunautaire a déraciné des centaines de milliers de personnes.

 

Le HCR affirme que jusqu‘à présent, plus de 42 000 personnes sont déjà arrivées, ce qui porte le nombre total de réfugiés congolais en Ouganda à 25.000.

 

Les agences de l’ONU et le gouvernement ougandais recueillent les informations biométriques des centaines de réfugiés pour leur enregistrement aux fins de protection et d’assistance. Le processus a déjà permis d’enregistrer quelque 4,4 millions de personnes dans 48 pays. L’identification biométrique aide à améliorer l’aide pour chaque individu.

 

Africanews.com

Commentaires