Actualités

Les orpailleurs clandestins accusés d’être une source l’insécurité à Brobo (Bouaké)

Les orpailleurs clandestins accusés d’être une source l’insécurité à Brobo (Bouaké)

Les populations de Brobo (département de Bouaké) accusent les orpailleurs clandestins d’être une source de l’insécurité et de la criminalité récurrentes dans leur zone au cours de ces derniers temps.

 

 

Les populations dont l’ancien député, Louis Kouakou Abonouan, et le président de l’Union des jeunes actifs pour le progrès du canton Ahly (UJAP), Kouassi Koffi Kan Benoit, ont indiqué, mardi, que depuis  l’installation des orpailleurs clandestins dans leur zone des cas d’agression, d’enlèvement et personnes retrouvées mortes après une période de disparition, sont devenus de plus en plus fréquents.

Ils soupçonnent les orpailleurs d’avoir enlevé et tué le jeune chauffeur de mototaxi, N’Guessan Kouakou Ange Yannick dont le corps a été retrouvé récemment après une semaine de disparition, en soulignant qu’il s’agit du troisième crime similaire qui a eu lieu dans la contré. Puis, ils encouragent les populations à dénoncer ces orpailleurs et leurs tuteurs à la gendarmerie, sans toutefois se faire justice afin, selon eux, de traiter le mal à la racine en faisant cesser leurs activités.

«C’est là, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase», a signifié Kouakou Abonouan qui déclare avoir déjà déconseillé les activités d’orpaillage dans la localité au cours de son mandant de député.

Quant au président de l’UJAP, Koffi Kan Benoit, il a annoncé que la jeunesse ne fera pas de chasse à l’homme mais s’organisera pour déposer une plainte contre tous les auteurs de l’orpaillage clandestin pour les crimes commis dans la contré ces derniers temps.

Depuis l’annonce de la disparition du jeune Kouakou Ange Yannick, le site d’orpaillage situé au niveau du village de Languira (une trentaine de Km de Brobo) a été détruit par une équipe spéciale des forces de sécurité. Les autorités sécuritaires procèdent actuellement à l’identification des autres sites avec l’aide des populations.

 

 

Commentaires