Actualités

A Stockholm, l'Académie suédoise en plein scandale sexuel pourrait ne pas décerner de prix Nobel de littérature

A Stockholm, l'Académie suédoise en plein scandale sexuel pourrait ne pas décerner de prix Nobel de littérature

Y aura-t-il un prix Nobel de littérature 2018 ? La question se pose après les départs en cascade à l'Académie suédoise depuis début avril : 6 des 18 membres nommés à vie sont déjà partis. Les 12 restants sont réunis en conclave pour répondre à la question. Une décision est attendue jeudi 3 mai.  

 

Fondée en 1786, l'Académie suédoise décerne le prix Nobel de littérature depuis 1901. L'institution est sous le feu d'accusations graves. Tout commence par une enquête d’une jeune journaliste, Matilda Gustavsson, en novembre 2017, dans la foulée de l’affaire #MeToo. Existerait-il un Weinstein suédois ? Le 21 novembre 2017, elle publie dans le quotidien Dagens Nyheter les témoignages d’une trentaine de femmes, agressées ou violées par un seul et même homme, Jean-Claude Arnault, un Français installé en Suède depuis trente ans.

 

Tremblement de terre dans le petit monde feutré du Nobel de littérature, car Jean-Claude Arnault est le mari de la grande poétesse Katarina Frostenson, membre de l’Académie suédoise depuis 1992. C’est avec elle qu’il ouvre le Forum, un club littéraire prisé à Stockholm, entièrement financé par l'académie.

 

Le "Weinstein de Suède"

Pour Jean-Claude Arnault, ce forum est un terrain de chasse idéal : de nombreuses victimes, jeunes romancières, journalistes, hôtesses, affirment que le Forum est le théâtre des opérations de Jean-Claude Arnault. Le pire est à venir pour le Franco-Suédois, car dans la foulée de ces accusations, d’autres suivent qui viennent cette fois des compagnes, des filles et du personnel de l’Académie suédoise, pour des faits qui remontent à 1996.

 

Cette fois le roi de Suède, l’autre financier du Nobel, fait les gros yeux. Il exige de comprendre les raisons d’un tel silence. Depuis, tout se précipite : la présidente de l’académie, la première femme depuis 1786, jette l’éponge devant le scandale, juste après le départ de trois écrivains dont Katarina Frostenson, l’épouse de Jean-Claude Arnault, dont on a appris depuis qu’il avait pour habitude de faire fuiter à trois reprises au moins, le nom du nouveau Nobel.

 

Francetvinfo.fr

Commentaires